Les autres produits naturels que l’on trouve facilement au pays des wombats.

La suite du précédent article au sujet de la Slow Cosmétique en Aussie !

Alors certes, l’Australie ne croule pas sous les produits totalement naturels et j’ai la fâcheuse tendance à me plaindre à ce sujet (Nan mais franchement, rien que de trouver un produit soi-disant naturel ou bio sans un seul ingrédient néfaste relève de l’exploit). Mais parfois, je dois admettre que tout n’est pas morose et qu’on peut trouver des trucs bien sympathiques pour pas trop chers. Et une fois que l’on admet devoir faire certaines grosses concessions et repenser entièrement sa vision européenne de la Slow cosmétique, on peut très bien se débrouiller et être même satisfait.

La dernière fois, je vous présentais les produits typiquement australiens, cette fois-ci on va plutôt s’intéresser aux produits très communs en Australie mais pourtant non-originaires de ce vaste et étonnant pays.

Et pour ouvrir la marche, j’appelle les produits issus de la noix de coco !

– L’huile de coco : L’huile de coco en Australie est assez peu chère, accessible dans n’importe quelle grande surface et en plus IMG_20141223_155312très souvent de grande qualité ! On la trouve pressée à froid, biologique et pure. Ceci est possible par le fait que de nombreuses entreprises australiennes possèdent des exploitations dans les îles du Pacifique proches de l’Australie. On ne produit donc pas de noix de coco en Australie mais on l’importe des îlots aux alentours. Un article futur portera justement sur mes utilisations de l’huile de coco qui diffèrent un peu de celles que l’on prône en général en France. 😉

– Le lait ou la crème de coco : Un autre dérivé issus de la noix de coco et qui à lui seul peut compléter plusieurs rayons d’un supermarché australien. Là par contre pour la qualité, c’est bien plus aléatoire. En effet, les concentrations sont malheureusement souvent moindres qu’en France par exemple. Bien qu’il s’utilise sur les cheveux comme sur la peau, les australiens pensent principalement à le manger dans un plat asiatique. Parfois il peut être ajouté dans un café (sont totalement dingues de café, ça en devient limite inquiétant de voir autant de petits coffee shops ambulants pousser comme des champignons dans les rues ou même en plein bush. Et de constater pas mal de fois des gens en retard au boulot car ils ont voulu prendre leur café en priorité).

– L’aloe vera : Je pense que c’est grâce au climat assez chaud et aride de l’AustralieIMG_20141023_150200 que cette plante a pu se permettre de pousser un peu partout. Il ne faut pas oublier qu’elle est normalement originaire d’Amérique du Sud comme c’est le cas du Mexique. Personnellement, je l’a retrouve dans tous les jardins de particuliers que j’ai pu visiter jusqu’à présent. Elle pousse bien et en quantité. Sous forme de gel ou de jus, tous les magasins en vendent pratiquement. Des marques même australiennes comme Banana Boat ou Sukin l’a préconisent en tant qu’après-soleil dans une gamme spécifique. C’est sa principale utilisation ici avec celle de pouvoir apaiser les piqûres d’insectes. Un grand nombre d’Australiens en ont un tube chez soi. Attention aux compositions, une seule marque biologique australienne a pour l’instant retenue mon attention, les autres contiennent beaucoup d’ingrédients nocifs en suppléments. Je pense qu’en France cela doit être moins difficile d’obtenir du gel sans conservateurs nocifs ou autres. Quant à son prix, il est très honnête en général, environ 7euros les 200 ml.

Le sel d’Epsom : Pays anglo-saxon oblige, le sel d’Epsom se retrouve dans les rayons facilement pour un prix bas. Et c’est intéressant de pouvoir avoir même le droit de comparer plusieurs marques sur le même étalage^^. Le sel d’Epsom a été découvert au 18ème siècle par un médecin anglais, ce qui explique un peu mieux l’engouement des anglo-saxons à son sujet. Et ils n’ont pas tord. Un peu comme le bicarbonate de soude, ce sel sert autant à la cuisine que pour les soins de beauté ou de santé. Pour des bains délassants, reminéralisants et riches en magnésium, pour soulager les pieds en fin de journée, ajouter du volume aux cheveux fins ou encore dans un masque visage, ce sel comporte de jolis avantages avec son haut taux de magnésium. A utiliser pas plus de deux fois par semaine par contre. Je ne pense pas que celui que je peux rencontrer en Australie soit aussie.

Le petit conseil en plus :  Le magnesium s’absorbe bien mieux pour l’organisme par la peau qu’en interne. Donc si vous manquez de magnesium, il est plutôt préférable de se faire un bon bain de sel d’Epsom hebdomadaire ou de s’appliquer directement sur la peau de l’huile de magnesium ! Oui ça existe, rassurez-vous 😉

jojobaL’huile de Jojoba : Et oui ! Originaire normalement d’Amérique, la cire de jojoba a commencé à être cultivé récemment dans certains pays Orientaux ainsi qu’en Australie ! Comme c’est assez récent (à peine quelques années), je ne compte pas l’arbuste de jojoba comme natif d’Australie. Assez réputée et célèbre dans la Slow Cosmétique, l’huile de Jojoba a une composition proche du sebum humain qu’elle parvient même à réguler en ce qui concerne les peaux ou les cuirs chevelus regraissant vite. Etant une huile plutôt sèche d’aspect mais réhydratante et protectrice, elle s’adapte donc à tous les types de peau ainsi que toutes les chevelures. Une vraie huile multifonction donc. En ce qui concerne son prix en Australie, elle est malheureusement assez dispendieuse : environ 20 dollars le flacon de 50ml. On est loin des prix pratiqués en Europe alors qu’elle est importée là-bas. A n’y rien comprendre. De plus on n’est pas toujours sûr de sa qualité ici. Enfin, j’ai ma préférence pour un autre produit en ce qui concerne mon visage et mes cheveux 🙂

– La « crème » de papaye ou paw paw moisturiser : C’est le truc un peu incroyable et original j’avoue. lucas 200-340x340Qui a pensé à faire pourrir de la papaye et à en produire une sorte de pommade ? Un Australien^^. Alors certes la papaye est originaire du Mexique (décidement les Australiens sont de gros fans des produits de ce pays) mais on en trouve un peu partout vers le Nord de l’Australie et dans le Queensland où elle est doréanavant cultivé. Du coup je ne savais pas trop où catégoriser cette crème devenue un grand classique ici. Au niveau de l’utilisation, ce serait un peu un mix entre notre homéoplasmine et un baume riche. Cela n’a pas d’odeur par contre. Au niveau de la composition, la recette traditionnelle comporte également de la vaseline (ce que je ne recommande pas). Heureusement certaines marques organiques ont sortis leur version plus propre mais avec un prix bien entendu tout autre. Autre problème : si l’original au format de 15 ml se vend partout et vaut à peine 5 dollars, le bio quant à lui en vaut plutôt 12 et devient bien plus complexe à trouver.*

Le bonus un peu inutile : l’avoine. Cela peut paraître un peu étrange de le citer mais c’est vrai que l’avoine est loin d’être originaire d’Australie et pourtant il est cultivé en grande quantité pour satisfaire le goût anglo-saxon de ses récents habitants. Pourquoi je l’ajoute dans cette liste ? Parce qu’il s’agit pour moi d’ un ingrédient naturel polyvalent et diablement efficace. C’est simple, il a remplacé bon nombre des ingrédients naturels que j’utilisais en France et je le place à présent très fréquemment au coeur de mes soins. Je suis heureuse de pouvoir en trouver autant ici pour un prix dérisoire. Il en est de même du thé vert mais bon, ça va aller trop loin sinon^^ (attention ici le thé dont je parle est asiatique, il n’est pas cultivé en Australie).

 *Source de l’image pour le paw paw moisturizer original : http://www.thepeoplesmarketperth.com.au/order/index.php?route=product/product&product_id=686 

Publicités

7 réflexions sur “Les autres produits naturels que l’on trouve facilement au pays des wombats.

  1. Oui c’est ça, tant que les clients achètent des plants dans les grands magasins ou des produits transformés (à base de ces plantes) sans les faire importer eux-même, ça passe pour le gouvernement… D’un côté c’est vrai que du coup il peut contrôler bien plus facilement (il y’a eu des catastrophes écologiques au 19ème et 20ème siècle, causées en majorité par de riches anglais voulant reproduire leur jardin à l’anglaise :D) mais de l’autre on sent quand même l’argent derrière^^.

    Oups, désolée de ne pas avoir encore regardé mes e-mails, je vais voir ça ! En tout cas merci !

    J'aime

  2. J’ai commencé mes entrainements de natation en pleine mer, et j’ai eu la très désagréable surpsie de découvrire que, à cause du froid (eau à moins de 16 degrés ce matin, aglagla), du sel et des impuretés de l’eau, ma combinaison de natation m’irritait horriblement le cou.
    Du coup pour faire une couche protectrice préventive la prochaine fois, j’ai acheté (sur les conseilles d’une autre nageuse) un tube de Lucas Papaw Ointment, qui est aussi très populaire en NZ.
    Comme tu le sais, je ne suis pas super regardante sur la composition des produits que j’utilise, d’autant plus qu’après une rapide recherche sur le net, le gellée de pétrole est « inerte » et sans danger 9bon, là je ne parle pas des processus de transformation hein, juste que ce n’est pas cancérigène ou autre d’en mettre sur la peau). Malgré tout, je serai quand même intéressée par les marques des alternatives bio dont tu parles.
    (je sais, je sais, tu as aussi posté une recette de « vaseline maison », mais j’ai vraiment pas envie d’investire dans les ingrédients de base et de faire ma popote).

    J'aime

    • Ne t’en fais pas, tu as le droit d’avoir la flemme ou pas le temps^^.

      Des baumes à la papaye avec une composition irréprochable, il y’en a plein cette année ! Ils sont apparus comme des champignons ces derniers mois :
      – Brauer Paw Paw Ointment (le plus cher), Healthy Care All Natural Paw Paw, Melrose Little Bird Organic Paw Paw Balm Original, Natural Alternative Paw Paw Ointment, Nature’s Care Paw Paw Baby Balm, Nude By Nature Paw Paw Ointment.
      Tu verras qu’en plus d’être sortis récemment, ces baumes ( à part le Brauer) ne sont pas chers étonnamment. Et maintenant ça contredit mon article qui n’est plus à jour du coup^^. Si seulement ils pouvaient faire ça aussi avec les crèmes solaires, ce serait le bonheur.

      J'aime

      • Cool, merci!
        Je vais aller voir au magasin bio le plus proche si ils sont disponible de mon côté de la mer. Le Lucas Papaw fera sans doute le job pour les irritations de la combi, mais ça me semble être un chouette produit pour mes plaques de dartre sur les pieds/coudes/mains/ nez, donc je vais voir si je ne trouve pas un produit plus sain.

        Aimé par 1 personne

    • De la tisane de camomille à appliquer avant de mettre du beurre de karité, du baume à la papaye ou un baume naturel au calendula (ils en vendent progressivement en Australie mais je ne sais pas pour la Nouvelle-Zélande), peut aider aussi pour les dartres.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s