Résorber vite un bouton de moustique, l’expérience d’une désespérée.

J’avoue que le titre aurait dû être : Ou comment mourir bêtement au pays des Koalas.

Allez, je débute une nouvelle rubrique ! Celle des péripéties d’une survivor pas taillée pour la survie en fait^^.

Car je suis allergique à la salive des moustiques. Voilà c’est dit. De toutes les allergies que j’aurais pu avoir, c’est l’unique et stupide que j’ai. (Quoique c’est pas si mal que ça en y réfléchissant)

Alors quand j’étais en France ça passait, le bouton était assez énorme et mettait plus d’une semaine à partir, tout en démangeant férocement, mais cela s’arrêtait là. J’avais juste développé une sacrée phobie envers les moustiques. Et puis lors d’un voyage en Italie, j’ai découvert avec une joie non dissimulée le moustique tigre… Alors déjà là c’était moins bien comme résultat. Des boutons rouges sang, veinés, digne d’un film d’horreur gore. Et des marques comme des bleus violacés pendant un mois. Youpi. Et même avec une crème super coriace à base de cortisone (je vous laisse devinez la tête de la pauvre pharmacienne) cela ne changeait rien.

Donc après le moustique tigre, je m’étais dit que je ne connaîtrais jamais vraiment pire. Et bien j’avais tord. C’était sans compter le Queensland, en Australie. Je pensais être allergique aux moustiques ? Ben en fait c’était rien du tout mes réactions en France ou même en Italie.

Maintenant et selon le moustique qui me pique en Australie, je risque le choc anaphylactique si je ne stoppe pas la réaction à temps. Merveilleux 😀

La prise de conscience a débuté douloureusement par un minuscule moustique qui me pique le doigt de la main gauche, il y’a de cela dix mois. Cela m’agace sur le moment parce que je n’ai pas eu le temps de le tuer mais juste de le voir se sauver tranquillement après son odieux forfait. Puis ça commence à méchamment me gratter et le bout du doigt enfle. Pour l’instant réaction normale, je ne m’inquiète pas. Et ensuite au fil des heures, je constate bien que c’est le doigt entier qui commence à gonfler. Je commence à m’inquiéter un peu mais sans plus. Et le lendemain matin, là je panique : l’enflement progresse jusqu’à mon poignet, mes doigts ne peuvent plus se plier. Et mince (pour être polie), je suis bonne pour la pharmacie voir même le médecin. Trop contente de débuter mon premier jour dans cette nouvelle ville inconnue. Je présente alors mon problème (et ma main^^) à la pharmacienne du coin, celle-ci s’exclame « oh my god ! » et interpelle aussitôt sa collègue. Là je me dis « c’est si moche que ça ?! ». Regards en coin, discussion animée, je vois bien que les pharmaciennes sont préoccupées par mon cas.

Pourquoi je fais toujours cette impression aux pharmaciens ?

J’ai donc droit à un traitement anti-histaminique oral ciblé et complet, une crème, des regards compatissants et des recommandations du style : si la progression ne stoppe pas avant ce soir, c’est médecin d’urgence. Bon ben ok, j’ai compris que c’était pas si bénin que ça.

________

Par chance, le traitement oral a été efficace.

Sauf que des moustiques, y’en a des masses dans le Queensland et je ne pouvais pas décemment me gaver de comprimés continuellement. Déjà que je me gave de comprimés pour le coeur… Alors j’ai testé des tas de trucs pour stopper la réaction allergique avant qu’elle ne se déclenche réellement (toujours avec mes comprimés près de moi au cas où).

C360_2014-11-02-09-49-34-062

ET VOICI MES ESSAIS ET MES CONCLUSIONS :

Huile essentielle de tea-tree : Total fail.

Huile essentielle de lavande : Idem.

Aloe vera en gel ou naturel : Cela arrête les démangeaisons mais pas la réaction allergique en elle-même. Faux espoir.

Crème cortisone : Inutile sans comprimés et chimique.

Glaçon ou pac de glace seul : Stoppe la progression mais ne désenfle pas à long terme. En clair, ce n’est pas encore suffisant. Mais pratique dans le sens où cela offre du temps pour acheter ou prendre des comprimés^^.

Le stingose : un produit de pharmacie australien efficace, couplé avec l’action du glaçon, mais dont je n’en suis pas heureuse du tout. Il s’agit en effet d’une pommade bien chimique à base de sulfate d’aluminium…

Vinaigre blanc après 1 heure ou le matin suivant : Trop tard pour que cela agisse.

Par contre…

– Vinaigre blanc dans l’heure qui suit la piqûre : CELA MARCHE ! Démangeaison apaisée sur le moment et pas de progression dans les minutes qui suivent. J’en applique alors plusieurs gouttes en massant bien pendant 5 min et toutes les 30 min. Au bout de 3-4 heures, je peux arrêter, le bouton n’aura pratiquement pas enflé. J’en remet au cas où le soir avant de dormir et le matin du lendemain et c’est tout. Pas besoin de comprimés !

________

Pourquoi vous parler de tout cela ?

Je m’adresse tout simplement aux personnes pour qui les crèmes ou même les huiles essentielles se révèlent malheureusement trop souvent inutiles : reprenez courage et testez le vinaigre blanc ! Si vous êtes allergiques comme c’est mon cas, ayez par ailleurs toujours des comprimés recommandés par un pharmacien ou votre médecin dans votre sac au cas où.

Ou, comme dans un prochain article, utilisez des astuces en prévention d’éventuelles piqûres de ces satanées bestioles. D’ailleurs depuis que j’ai déménagé dans le New South Wales il y’a de ça maintenant 4 mois, je n’ai pas été piqué une seule fois et je n’ai plus avalé d’anti-histaminique. Héhéhé !

Et puis aussi pour vous dire que tout le monde peut devenir un(e) beauty-survivalist !

Publicités

23 réflexions sur “Résorber vite un bouton de moustique, l’expérience d’une désespérée.

  1. Ouahouh – super partage Nouillémie.
    Alors pour info, et je ne sais pas si cela vaut pour les réactions allergiques aux piqûres de moustiques, mais une années j’avais pris per os (et pour tout autre chose) de l’huile de périlla, et cette année là : plus aucune manifestation d’allergie au pollen de type rhume des foins – j’ai vérifié sur le net et effectivement j’ai appris que cela pouvait agir comme anti-histaminique pris en préventif en interne, c’est à dire qlq mois avant la période de rhume des foins. C’est peut être une piste d’anti-histaminique naturel, en tout cas c’est très efficace / pollen.
    Tu en es où avec le vinaigre blanc comme déo ?
    Tes articles sont toujours aussi intéressants, merci, à + !!

    Aimé par 2 people

    • Bonjour Corinne ! 😉

      C’est vrai que c’est intéressant comme idée l’huile de périlla pour les allergies… J’ai déjà observé en parapharmacie et dans certains magasins « santé » des capsules de cette huile à la vente justement. C’est souvent préconisé contre les inflammations, pour soulager l’asthme ou encore maintenir le bon fonctionnement cardio-vaculaire. Dommage que ce soit aussi cher par chez moi par contre, je ne pourrais pas tester avant très longtemps^^. Mais depuis 5 mois je ne fais plus aucune allergie donc ça va. Merci pour le partage en tout cas !

      Pour le vinaigre blanc, au bout de 6 mois d’utilisation exclusive, je me suis mise à alterner plus souvent avec du bicarbonate de soude ou de l’huile de coco (les jours de repos) afin que ma peau ne s’y habitue pas : Tous les 6 mois il vaut mieux changer ou alterner en effet son déodorant car il perd en efficacité. Que ce soit un déo chimique ou non.
      Donc pendant 1 mois j’ai stoppé et je n’ai utilisé que du bicarbonate, de l’huile de coco ou rien (possible le week-end avec des habits type laine car nous sommes en hiver par chez moi et avec le fait que j’ai trouvé un savon fait main super qui ne me fait pas sentir des aisselles durant la journée entière). Et là depuis 1 mois environ j’alterne 2 jours de vinaigre blanc, 1 jour d’huile de coco puis 2 jours de bicarbonate. Ainsi le vinaigre fait encore bien son effet et mes aisselles supportent très bien le bicarbonate du coup car le ph est rééquilibré.

      J’ai remarqué aussi que le jour où je souhaite porter un habit synthétique (chemise légère en fausse soie par exemple, le truc super dangereux pour la transpiration^^), le meilleur déo c’est vinaigre blanc recouvert ensuite d’une couche d’arrow root (farine de tapioca) une fois sec sur la peau.

      J'aime

      • Merci pour ta réponse fort détaillée Nouillémie, pour ma part j’alterne entre rien, vinaigre blanc, ou quelques gouttes d’huile essentielle de petit grain bigarade. Le bicarbonate – bien que super efficace contre les odeurs – fait malheureusement vite souffrir mes aisselles. Généralement je me lave simplement à l’eau et j’ai remarqué qu’ainsi les odeurs sont généralement moins fortes. Je remarque également que les odeurs de transpiration de stress ne sont pas du tout éradiquées de la même façon que a transpiration dite ordinaire (par exemple le vinaigre est je trouve, super efficace de façon générale mais bcp moins en cas de stress) et contrairement au bicar je lui trouve un petit effet antiperspirant. Le petit grain est bien efficace surtout en utilisation régulière, idem il est anti odeur et un peu antiperspirant (il en faut très peu une goutte mélangée à un peu d’eau sur chaque aisselle suffit).
        Les moustiques arrivent à grand pas par ici …. aussi ton article est vraiment super intéressant pour les allergiques.
        Pour moi l’huile de périlla a été vraiment hyper efficace contre les allergies saisonnières sans aucun doute, l’effet a duré à peu près 2 ans.
        A bientôt nouillemie

        Aimé par 1 personne

    • Merci beaucoup pour ton partage Corinne ! Comme j’ai aussi ce type de rhume des foins allergie au pollens, je retiens l’info de l’huile de périlla et en tenterai une cure l’année prochaine avant le pic du printemps. Si seulement cela pouvait m’éviter le mois entier de médocs anti-histaminique ! (en plus, corps qui lutte contre l’allergie ou médocs qui te donne de la somnolence, c’est une période super fatigante).
      bises. Marie

      Aimé par 1 personne

    • Oui, c’est vraiment bête^^ J’ai tenté en me disant : « c’est une sorte d’alcool, ça va peut-être neutraliser la salive du moustique si j’applique super vite et je masse bien pendant 1 minute » et voilà. J’avoue que ça m’a vraiment surprise que ça fonctionne en fait. 😀
      Par contre si on a une dizaine de boutons, peut-être que cela marche moins.

      Aimé par 1 personne

  2. Coté allergies je ne suis vraiment pas gâté:Poussière,acariens,chocolat noir,ananas,dard d’abeille,sodium laureth sulfate enfin bref c’est une grosse cata!Dans la plupart des cas (poussière,acariens,dard d’abeille) je gonfle et on est obligé de m’hospitaliser sinon j’étouffe…Et crois moi se réveiller a 3h du matin avec du mal à respirer c’est un peu compliquée XD je crois pas que il y a des moyens naturel pour mon cas ^^ »

    J'aime

    • Se passer de médicament complètement non, surtout pour ce genre de soucis à ne surtout pas prendre à la légère, mais on peut en limiter la fréquence et la portée naturellement.

      Je sais par exemple que pour les allergies de ce type : poussière, acariens, asthme, rhinite, ect… les cures thermales ont vraiment bien fonctionner chez un de mes proches.
      Durant une partie de son enfance, il se rendait en effet à la station du Mont d’or tous les ans puis ce fut tous les 5 ans. Lui qui avait un asthme sévère (aide d’un purificateur d’air la nuit) et devait dormir sur un coussin spécial élévateur pour libérer sa trachée, il ne fait à présent qu’une crise tous les 3 ans depuis son âge adulte. Et c’est vraiment parce qu’il fut en présence de trois chats et de fumeurs durant une soirée entière^^. Il prend encore un traitement médicamenteux de temps en temps et pendant 2-3 mois au cas où (quand il doit vivre un temps dans une maison trop humide, près de chats, ect…) mais c’est tout. Franchement ça relève presque du miracle quand on sait d’où il revient^^.

      Après comme le disait Corinne, une cure de temps en temps d’huile de Périlla aide aussi à limiter les effets de l’allergie.
      Mais comme tu le disais, il faut toujours avoir un soin médical derrière au cas où.

      J'aime

    • là, on arrive dans les cas où la ventoline est indispensable et une autoinjectable de noradrénaline une précaution à détenir ( en cas de choc gravissime)
      si je suis encore l’ emmerdeur du net, je le dois à une de ces seringues ( c’ était à 1 heure du smur…)

      Aimé par 1 personne

      • Oui comme je le disais dans ces cas là, ne jamais mettre de côté le traitement médical d’urgence ou général et simplement tenter de le compléter avec une cure ou quelques soins plus naturels afin de « soulager » les symptômes.
        Dans mon article je ne traite que de simples piqures de moustiques^^. Et j’ai toujours des comprimés derrière si ça dégénère.

        J'aime

  3. C’est marrant, quand on était petits, on allait à la campagne chez mes grands-parents et on faisait (forcément) les andouilles dans les champs et les prés ; et systématiquement quand on revenait, ma grand-mère nous passait du vinaigre blanc sur les jambes et les bras pour étouffer les éventuels piqûres de diverses bestioles lol, et ça marchait du tonnerre ! Merci mamie lol !
    Bon courage à toi en tout cas, c’est super si tu as réussi à trouver cette solution ! Maintenant tu dois te promener tout le temps avec du vinaigre blanc sur toi ?

    J'aime

    • Ta grand-mère est un génie 🙂
      Je n’ai pas besoin d’en emporter avec moi, ça fait 4 mois que je n’ai pas été piqué (les moustiques m’adorent pourtant, un vrai fardeau) car j’ai emménagé dans une nouvelle ville où la maison comporte des moustiquaires partout, même une double porte spéciale. Et mes colocataires ne supportent pas les insectes, ils font donc très attention à bien refermer cette porte en vitesse. Une bénédiction^^. C’est encore ce qu’il y’a de plus efficace.
      Sinon j’ai des astuces quand je sors dans des zones à risque ou un peu loin de chez moi.
      Par contre c’est vrai que j’ai toujours un sacré stock de vinaigre blanc à la maison 😀

      J'aime

    • Bonjour,
      Enfant on nous frottait toutes piqûres insectes ou plantes avec le vinaigre de vin maison! teinture et efficacité garanties! depuis, je prends le vinaigre blanc à cornichons (10° au lieu de 8°) Mais c’est en effet une recette paysanne répandue. De plus un apiculteur de mes amis m’a recommandé de chauffer le manche d’une cuillère afin de détruire par la chaleur le venin des abeilles (allergie) température à vérifier auparavant. Cela marche même après plusieurs piqûres de ces minuscules qui ne m’aiment vraiment pas!
      Alors pour les moustiques cela pourrait fonctionner???

      J'aime

      • Bonjour !

        Merci beaucoup pour ces précieuses infos ! Oui, j’ai déjà tenté le coup de la flamme pour détruire le venin (salive) du moustique mais je me brûlais plus qu’autre chose^^ Donc apprendre qu’il suffit de chauffer le manche d’une cuillère, c’est très utile ! 😉
        Je suis sure que cela peut fonctionner.

        Je ne savais pas pour le fait que c’était une recette paysanne répandue et pourtant je vivais à la lisière de la campagne et dans une région bien paysanne ma foi^^.

        J'aime

  4. Hiiiiiiiii les moustiques, les vilaines bêtes!!
    Si tu as de la citronelle fraîche ou de l’huile essentielle dans les parages, ça les éloigne!

    J'aime

  5. Hello Nouillemie,
    Merci pour ton article et ton partage. Super intéressant !
    En te lisant, j’avais l’impression que tu racontais mon expérience, je suis moi aussi allergique aux piqures d’insectes.
    J’évite donc au max de me faire piquer et quand ça arrive, j’utilise le plus souvent la chaleur qui « crâme » l’allergène et l’empêche de diffuser.
    Sous forme de cigarette allumée que je fais tourner au dessus de la piqure. J’approche le plus possible, sans toucher la peau, c’est moins risqué qu’une flamme seule mais faut avoir un fumeur dans son entourage.
    Encore moins risqué, je mets une pièce de monnaie en cuivre (nos centimes d’euros) entre ma peau et le mégot : la chaleur se diffuse via le métal mais aucun risque de brulure par contact direct (en plus le cuivre est antibactérien-antiinflammatoire, ça fait pas de mal).
    Je retiens aussi l’astuce du manche de cuillère chauffé de Tortue36.

    Car à part ça, comme pour toi, huile essentielle de tea-tree, huile essentielle de lavande, ou de citron, gel d’Aloe vera, glaçons, et même crème contenant de la cortisone, déja testés et ça marche pas sur une réaction allergique.
    Grâce à toi, j’aurai maintenant une nouvelle arme avec le vinaigre blanc en application ASAP après la piqure. merci beaucoup !

    et par curiosité, j’aurais bien aimé savoir quelle était la molécule active des comprimés d’anti-histaminiques que tu prends en cas de grosse réaction ?

    bises. Marie

    J'aime

    • Hi Marie !

      C’est vrai que c’est terrible d’être allergique aux insectes, c’est quasi impossible d’échapper aux moustiques au moins une fois par an et en plus personne ne te prends au sérieux^^.
      Et encore je n’avais même pas pensé au coup de la cuillère ou de la pièce de monnaie, si j’avais su cela avant, ça m’aurait épargné pas mal de misères^^

      Pour le médicament il s’agit du Fexorelief 180 mg, sa molécule active est le (ou la ?) fexofenadine Hydrochloride dosé(e) à 180 mg.

      Bises ou XXX^^

      J'aime

  6. Bonjour… Je peux poser une question?
    Moi aussi les moustiques m’aiment… O Bonheur – mais généralement sans réaction allergique.
    Normalement, au bout d’une semaine, le bouton disparait.
    Mais là, je me suis fait piquer cet été, comme d’habitude, et j’ai quatre boutons qui ne veulent pas disparaitre et grattent encore (un peu) – cela fait 4 semaines…
    Quelqu’un a une idée
    1/ du pourquoi de la chose
    2/ de ce que je peux faire
    Merci d’avance
    F.

    J'aime

    • Bonjour !

      Les boutons ressemblaient-ils à ceux que vous contractez d’habitude ou ils sont un peu différents ? Cela peut-être le moustique tigre qui laisse des marques plus longues. Ou alors une réaction allergique assez persistante qui s’est déclaré.
      Ou encore simplement autre chose que des moustiques…
      Je ne peux malheureusement pas aider beaucoup sur ce sujet, le mieux est d’en parler à un médecin ou même un pharmacien. Les pharmaciens aident parfois pas mal pour ce genre de cas si tu n’as pas le temps de voir un médecin.

      J'aime

  7. Bonjour Nouillémie,

    Fabuleuse découverte que ce blog, je me suis reconnue dans les désespérées de l’acide lactique, enfin une explication du pourquoi-comment-ça-marche-jamais-sur-moi 😉 … Merci pour les infos éclairantes !

    Question piqûres, je te recommande chaudement l’utilisation de sticks qui agissent par chaleur sur le venin. Cela n’agira pas sur l’allergie mais si réduire la réaction est déjà salutaire pour éviter la catastrophe …
    Il existe des sticks de différentes sortes et à différents prix, chers et pas chers. C’est assez méconnu en France. Beaucoup de voyageurs l’utilisent en Asie du sud est et en Afrique, où piqure de moustique grattée = risque d’infection facile.

    https://www.amazon.fr/Bite-away-Pour-piq%C3%BBres-dinsectes/dp/B003CMKQTS/ref=pd_cp_194_4/256-5259390-9726332?ie=UTF8&psc=1&refRID=PXN7BN5ENQWXVJVXV4Q4

    les avis https://www.amazon.fr/product-reviews/B003CMKQTS/ref=cm_cr_dp_synop?ie=UTF8&showViewpoints=0&sortBy=recent#R3R7YNRWRSM51L

    Ça rejoint la cuillère ou la pièce de monnaie chauffée, sauf que l’on peut l’emmener partout et qu’on a pas besoin de fumer non plus, héhé 😀

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s