Raw cosmetics : L’évolution anglo-saxonne de la Slow cosmétique.

Voyager et découvrir les pays anglo saxons en tant qu’ancienne passionnée de cosmétiques homemade a bien entendu ses avantages comme ses inconvénients. Mais finalement, cela s’est révélé essentiellement être un bon moyen d’observer l’émergence et la continuité de deux mouvements qui ont pourtant la même racine : La Slow Cosmétique et la Raw Cosmetics.

Jpeg

Voici ainsi les quelques ingrédients typiques que l’on retrouve chez tout bon adepte anglo-saxon de ce mouvement :

L’huile de coco et certaines huiles incontournables comme celles de rosehip. Véritable huiles multi fonctions et miraculeuses selon certains, les anglo-saxons ne jurent simplement que par elles.

Le bicarbonate de soude ou baking soda. Et essentiellement pour laver le cheveu en association avec le vinaigre de cidre. Bien que ce fut très à la mode il y’a encore quelques années, les américains n’utilisent plus désormais autant cette méthode qui s’est finalement révélée décevante. Sinon il sert aussi à faire des bombes de bain type Lush en association avec de l’acide citrique. Et j’ai pas de bain. Dommage^^.

Le vinaigre de cidre non pasteurisé et biologique. Par ailleurs une marque écrase toutes les autres à ce sujet en termes de vente. Le vinaigre de cidre sert à tout pour nos amis anglo-saxons. Peau, brûlures, cheveux, soins internes ou encore même enlever les grains de beauté…

Le miel et la cire d’abeille : les produits de la ruche ont un grand succès et sont parfois même vendus en tant que soin cosmétique uniquement. Ce qui est bien sûr aussi le cas en France mais pas autant que pour le miel de Manuka néo-zélandais par exemple…

Les sels d’epsom. Un autre grand classique anglais pour soulager les muscles et se relaxer.

L’aloe vera en poudre ou en jus. Le gel d’aloe vera est généralement vendu par des marques assez conventionnelles (donc imaginez les compositions) mais en ce qui concerne les sites de slow cosmétique, ce sera plutôt sous forme de poudre ou de jus.

Le savon de Castille ou tout autre saponifié à froid. Pour le corps mais aussi et surtout les cheveux. Malheureusement dirais-je même. C’est la BASE de la Raw Cosmétique anglo-saxonne. Ces savons s’utilisent pour tout. Par ailleurs je soupçonne les USA et le CommonWealth pour ce regain de mode des savons saponifiés à froid actuellement en France… Car avant c’était quand même plutôt le savon de Marseille ou d’Alep qu’on associait en priorité au bio, non ? Et c’est très dure de faire changer la mentalité d’un anglo-saxon à propos d’alternatives pour laver les cheveux au naturel^^.

Petite anecdote : Julien Kaibeck, l’auteur et chef de file de la Slow Cosmétique belge et française a fait ses études de naturopathie aux Etats-Unis. Cela doit expliquer en partie son amour pour le savon saponifié à froid et les huiles essentielles.

La bentonite clay : il existe peu de choix en terme d’argiles aux USA donc celle-ci est la plus utilisée et appréciée. Très efficace en effet lorsqu’on a la peau grasse ou acnéique. Par contre elle est moins douce que le ghassoul par exemple. Et on l’associe presque toujours au vinaigre de cidre.

Le charbon activé : Pratique pour la couleur mais aussi ses effets bénéfiques sur l’acné et les pores.

Le MSM : Au lieu de poudre de soie ou de panthénol, c’est plutôt le MSM que les anglo-saxons utilisent.

Le oil pulling ou encore la Cleansing oil method : Cela rejoint l’emploi des huiles végétales mais de façon un peu plus ludique et originale. Le oil pulling tire notamment ses racines de l’Inde donc il est tout à fait logique de le retrouver en Angleterre ou même en Australie.

Le beurre de cacao. Et pas grand chose d’autre, il faut avoir de la chance pour tomber sur du karité brut ou autres.

Le cas étrange des huiles essentielles : Les huiles essentielles furent longtemps l’apanage des naturopathes et autres professionnels du naturel aux USA et dans le CommonWealth. Ainsi il fut rare de voir des personnes du quotidien en utiliser jusqu’à récemment pour des soins cosmétiques par exemple. Cependant avec le renforcement de la mode pour les alternatives naturelles en ce qui concerne les cosmétiques, les soins et la santé (notamment le succès du yoga, des cures détox et autres) les anglo-saxons deviennent de plus en plus enthousiastes à l’idée d’en utiliser. Sauf que. De par mon expérience, l’utilisation qu’ils en font n’est pas toujours bien maîtrisée. Beaucoup de surdosages, aucune méfiance que ce soit pour l’utilisation sur des nouveaux nés et des femmes enceintes ou encore d’ huiles dites dermocaustiques dans des crèmes visages… La faute peut-être au peu d’informations déjà disponibles, j’ai l’impression que c’est encore un secret gardé par les naturopathes ou laboratoires ici^^. Et d’ailleurs on peut très bien se passer d’huiles essentielles donc les passionnés n’ont pas à avoir honte de ne pas en utiliser.

Ce qu’en fait nous commençons à découvrir en Europe comme « RAW Cosmétique » n’est autre que la Slow cosmétique anglo-saxonne. Qui se traduit par l’emploi de produits réellement bruts, la volonté de faire au plus simple et avec ce que l’on trouve le plus facilement.

Et là je pourrais ouvrir une catégorie de choses que la Raw Cosmetics n’utilise pas vraiment en opposition avec la Slow Cosmétique : Comme c’est le cas pour le ghassoul, le savon de marseille ou noir, le henné (de temps en temps alors que c’est un passage limite incontournable en France ?), les hydrolats, l’extrait de pépin de pamplemousse, le btms, les huiles essentielles si la personne est juste un particulier, les poudres ayurvédiques, les tensioactifs ou encore des choses comme de la mousse de Babassu. Mais je vais m’en tenir là, ce serait redondant avec certains anciens articles déjà rédigés.

_____

Pour résumé :

Il faut savoir qu’en Europe et particulièrement en France, il existe un choix démesuré en terme d’ingrédients pour produire ses propres produits cosmétiques. C’est devenu par ailleurs un véritable commerce, une nouvelle façon de consommer à part entière mais aussi l’émergence de tas de sites, forums ou blogs proposant des recettes complexes qui rivalisent avec les laboratoires cosmétiques. Il y’a du bon comme du mauvais dans cela, je ne suis pas là pour juger. Au contraire, c’est même très intéressant d’observer les différences entre ce que nous offre la France et le CommonWealth ou bien même les USA. Car bien qu’il y ai des effets de modes qui s’invitent des USA à la France, comme ce fut le cas de l’huile de coco et du fameux No poo Bicarbonate de soude/vinaigre de cidre, la slow cosmétique anglo-saxonne reste tout de même bien spécifique. Par ailleurs, les américains n’hésitent pas parfois à utiliser de drôles d’astuces pour pallier à un manque de choix ou juste faire dans la simplicité la plus totale comme par exemple utiliser des crayons crayola en tant que base pour rouge à lèvre. Les anglo-saxons préfèrent en général utiliser un ingrédient seul que de l’associer à une formulation compliquée. Ou encore d’utiliser des formules toutes faites, comme le savon de castille liquide, et de l’associer à deux ou trois autres ingrédients bruts.

Il existe ainsi encore peu de choix de tensioactifs ou bien même d’émulsifiants en comparaison avec la France. Ce sera par exemple dans la majorité des cas de la cire d’abeille qui sera employée pour n’importe quelle crème. Ou quelques fois l’olivem et la lécithine de soja. Pour les conservateurs, ce sont la vitamine E et C qui sont prônées ainsi que les huiles essentielles et le phénoxyéthanol. Oui en effet, les labels et revendeurs d’ingrédients cosmétiques sont bien moins strictes dans ces pays qu’en Union européenne. On n’hésite pas non plus à utiliser des fruits ou légumes afin de se concocter des encres naturelles totalement vegan friendly et cruelty free. Les baies ainsi que la betterave sont des exemples bien connus pour les liptint et les blush. Ou bien encore des masques de soin.

Petit apparté : Attention cependant, il n’existe pas vraiment de commerce de poudres ayurvédiques dans le CommonWealth donc la connotation du mot « raw » actuellement employée chez certaines blogueuses en France pour l’utilisation de celles-ci ne s’applique pas vraiment ici. C’est certes « roots » d’utiliser que des poudres pour se laver les cheveux et en prendre soin, mais cela ne définit pas spécifiquement un mouvement en son entier. Ce serait d’ailleurs intéressant de découvrir pourquoi cela fait autant fureur en France et pas ici, les poudres ayurvédiques. Pourtant c’est bien l’Inde qui fut une colonie de l’Angleterre…

______

Et finalement vous savez quoi ? C’est aujourd’hui au tour des pays anglo-saxons de s’inspirer de la Slow Cosmétique européenne en proposant de plus en plus de gammes de produits aux formules assez simples mais bien plus exigeantes (Badger par exemple) mais aussi des sites spécifiques qui progressivement offrent des ingrédients un peu originaux comme des tensioactifs anioniques. Et à la France de devenir peu à peu friande de recettes totalement simplistes et brutes. Il est en effet possible à présent de voir des sites ou blogs qui proposent des recettes dites « raw » ou « roots » avec l’emploi essentiellement de choses brutes et simples. Donc sans réelle formulation. Et c’est aussi très sympa.

Publicités

4 réflexions sur “Raw cosmetics : L’évolution anglo-saxonne de la Slow cosmétique.

  1. il existe surtout deux tendances dans les pays anglosaxons: la tendance  » pionnier survivaliste », celle que tu décris
    mais également celle du home made chimique avec des sites spécialisés, tels swiftkraftmonkey, et des recettes dignes de chez Dupont de Nemours
    mais effectivement, rien en finesse; de nombreux fournisseurs en chimique pur; seul un fournisseur australien ( celui prés de l’ aéroport de Sydney) peut rivaliser avec Aroma-zone en ayant une philosophie assez proche ( mais des tarifs excessifs)

    J'aime

    • Oui c’est vrai que j’ai pas mal omis les sites de fournisseurs. En plus souvent ils proposent des ingrédients pas toujours sains. J’ai peu observé de particuliers s’y procurer directement donc je ne savais pas si je devais réellement en parler dans cet article.
      Par contre, la grosse bonne surprise est la Nouvelle-Zélande qui s’en sort très bien au niveau de ce genre de sites qui proposent du fait maison. Pas aussi fournis qu’Aromazone mais des choix d’ingrédients judicieux et de la qualité en général. Et j’en ai compté 3 d’intéressants. Je n’ai pas voulu trop m’y attarder car ce pays fait un peu exception et que je souhaite faire un article plus précis à ce sujet.
      Bon par contre niveau bio ou vraiment naturel, à part 3 marques, c’est vraiment pas la joie^^. Mais y’a du progrés à ce que j’ai pu entendre à ce sujet.

      J'aime

  2. Super, cette étude de cas!
    Je me retrouve dans le cas des Français finalement tentés par du minimalisme en cosmétique homemade. Peut-être parce que deux ans en Allemagne puis deux autres à Tahiti ont permis que je prenne de la distance…notamment par rapport à tout ce que j’avais l’habitude de trouver très facilement.
    En tout cas, ras-le-bol des recettes trop complexes et du « fast food » qui va avec. 😇

    J'aime

    • Je me retrouve beaucoup dans ce que tu dis : c’est bien le fait de me retrouver dans des pays qui ne proposent pas ce que l’on a en France, qui m’a permise de prendre de la distance et forcée à trouver des alternatives bien plus simples et accessibles.
      Et puis déjà en France j’étais bien trop feignante et quelque peu fauchée pour me permettre des recettes complexes :D. Je me souviens que je râlais tout le temps quand je lisais des recettes home made sur le fait que la liste des ingrédients était toujours bien trop longue. Donc déjà en France j’avais commencé à faire au plus simple. Mais à la française donc pas encore de manière minimaliste comme aujourd’hui.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s