Gérer une crise hormonale, la vie d’une Nouille.

Aie Aie Aie, j’accumule les retards…

Je ne reçois pas toutes les notifications et j’essaye tant bien que mal de tout préparer pour mon retour temporaire en France dans 15 jours. Un mois afin de faire le tour des familles en somme. Et je dis tans bien que mal car j’ai eu tout un tas d’imprévus, pas beaucoup de déplacements autorisés et pas beaucoup d’internet non plus ces derniers temps.

Parce qu’avoir un tout petit en devenir qui grandit dans son ventre, cela demande déjà en fait pas mal d’organisation. C’est pourquoi j’écris et repond assez peu en ce moment, j’en suis encore désolée. Les trois premiers mois ma flemme n’a jamais été aussi épique et ces deux derniers mois j’ai du gérer plusieurs choses à la fois tout en évitant de trop me déplacer les week-ends. Pas très pratique. Et forcément avec un petit pirate qui se développe rapidement, mes besoins en matière de soins cutanés ou capillaires ont été également pas mal chamboulés. Merci encore les hormones.

___________

Comment éviter le drame le temps que les hormones se recalibrent enfin ?

Cela a été mon défi il y’a encore trois mois. Voici donc mon expérience où j’ai du faire avec le peu auquel j’avais droit, c’est à dire sans compléments alimentaires et sans huiles essentielles. Bah oui c’est interdit tout ça enceinte, youpi.

Le conseil d’une survivor : Toutes les astuces ici, tirées de ma propre expérience, sont aussi valables pour toutes les personnes concernées par des changements hormonaux. Cela ne s’applique donc pas uniquement à la grossesse bien entendu.

  1. Ma peau ne supporte plus rien.

Me revoilà alors au tout début de mes expérimentations avec les produits naturels. Ce moment magique où il y’a de cela encore 5 ans, ma peau me grattait tout le temps, me faisait des plaques rouges et rejettait tout. La folie, même mon savon artisanal est devenu limite il y a cinq mois.

  •  On arrête toutes lessives à base de parfum de synthèse ou huiles essentielles ainsi que les adoucissants. On passe au pire à des produits éco « spécial tout-petit » ou on produit soi-même. Dépend de votre taux de feignantise en fait. Qui est fortement élevée malheureusement quand on est enceinte. J’ai opté pour une lessive écologique sans parfum et pour un poil d’adoucissant et de vinaigre blanc.
  • On passe à du savon liquide type castille ou marseille, du SCI ou encore du nettoyant neutre liquide que l’on dilue dans de l’eau chaude et auquel on ajoute de l’huile de coco ou toute autre huile végétale avec un bon parfum naturel. Votre peau souffrira presque plus et sera même nourrie en prime.
  • Si ce n’est pas assez, on se procure ou on se créer une barre de douche fondante comme le nourrissant à base de karité que j’ai une fois publié. C’est en fait un baume solide nourrissant qui s’utilise très vite après la douche, ce qui évite la corvée du crémage. Ou alors quelques gouttes d’huile végétale en fin de douche.
  • Pas d’habits rêches style certaines laines ou lin. L’expérience qui parle^^.

2.  Je perds mes cheveux par poignées.

Je crois que cela a été le pire en fait. J’ai perdu beaucoup de cheveux. Vraiment beaucoup. Et je remercie ma génétique de m’avoir offerte une sacrée tignasse sans ça c’était le drame. Et normalement la meilleure chose à faire est de se procurer de bons compléments comme du forcapil. Sauf qu’en fait ce n’est absolument pas conseillé durant la grossesse…

  • Le No-poo. J’ai alterné farine de pois chiche et shampoing aux oeufs durant trois mois. Mes cheveux étaient moches; tombant et tout cassant donc je me voyais pas les nettoyer au shampoing, même très doux. Je pense que cela a peut être un peu aider.
  • Les hennés gloss. Pour la première fois de ma vie, je me suis résolue à utiliser du henné. Par désespoir et parce que je sais que cela renforce les cheveux appliqué en tant que soin en gloss. Je mélangeais ainsi une cuillère à soupe dans un bol de yaourt aggrémenté d’un oeuf et de glycérine ou mélasse.  Cela remplacait le shampoing également. J’en ai fait 3 en tout et tous les 15 jours. J’ai eu l’impression que je perdais quand même un peu moins de cheveux. Et pis au moins ils avaient une fausse brillance apportée par les reflets auburn et rouges^^.
  • Coiffage très délicat et au tangle teezer. Pas de barrettes ou de noeud serrés.

3.  J’ai des boutons qui veulent sortir de partout.

Alors c’est quelque chose dont je suis la plus fière au final : j’ai réussi à réduire considérablement les ravages hormonaux sur mon visage. Par contre mon dos, décolleté ainsi que mes bras ont eu bien moins de chance.

  • Farine de pois chiche comme nettoyant presque tous les soirs ou shampoing solide maison au karité. Ma peau s’encombrait hyper vite donc il n’y avait que cela qui était assez actif. Je faisais suivre soit d’un masque au yaourt, soit de ma lotion maison et de karité. Et j’ai eu que deux-trois petits boutons en continue et en tout durant ces trois mois. Ouf. Par contre de sacrés boutons sur le reste du corps et bien enflammés. Pas trouvé de remèdes à part patienter.
  • Bicarbonate de soude toutes les semaines en exfoliant car ma dermite était présente plus que jamais. Elle en a bien profité la gourgandine. Je n’ai pas eu de plaques visibles car je m’y prenais à temps mais j’ai pas mal pelé et j’ai souffert de démangeaisons. Cela a totalement disparu à présent depuis 1 mois et demi.
  • J’avais aussi la peau sèche en parallèle. Donc je faisais attention d’ajouter glycérine et miel dans de l’eau de fleur d’oranger pour ma lotion. Et matin et soir cette lotion

___________

Mais passé ces trois mois, j’ai enfin pu souffler un peu et retrouver une peau normale. Mais aussi constater que mes cheveux avaient finalement stoppé leur effrayante chute. Le soulagement. Je pense ainsi que j’ai du éviter le pire en réadaptant rapidement mes routines. Si vous souffrez aussi de ce genre de soucis hormonaux et que vous savez que c’est passager comme pour le cas de l’arrêt de la pilule par exemple, n’hésitez pas à voir du côté des compléments capillaire en parallèle et de vous faire une cure de gatillier si vous y êtes autorisé (un article précédent en parle et il existe certaines contre indication). Parce qu’en parallèle ma colocataire à pu en bénéficier et a eu de très bons résultats sur ces boutons au niveau de la machoire ainsi que pour ses symptômes prémenstruels. Enfin, une bonne alimentation équilibrée aide également beaucoup !

Publicités

4 réflexions sur “Gérer une crise hormonale, la vie d’une Nouille.

  1. penser en état de grossesse à une supplémentation en polyvitamines-minéraux ( 100% les ajr) les besoins du pirate expliquent souvent une carence maternelle et des chûtes de cheveux…
    maintenant, il est bien connu que la gestation est une maladie grave qui nécessite 9 mois d’ alitement, voire d’ hospitalisation….lol ( origine dr Knock)

    J'aime

  2. Aaah, j’en étais sûre! 😇
    Félicitations, et bon courage! 💐
    Ces désagréments de folie hormonale se calment bien à compter du 6eme mois, si je me souviens bien.
    (Le Floradix est un excellent complément alimentaire autorisé aux femmes enceintes et allaitantes ainsi qu’aux enfants, super pour limiter les carences en fer. Très facile à trouver lors d’un voyage en France… Et efficace en 3 jours!)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s