Pourquoi je n’ose pas trop parler de l’huile de Marula.

Dans ma quête de trouver un remplaçant à la hauteur de mon fidèle beurre de karité brut, j’ai pu tester pas mal d’huiles sur mon visage au fil de mes aventures Océaniennes. Et déjà en France, j’avais amorcé mes recherches en testant également celle d’argan pure ainsi que celle de dattier du désert. Et par ailleurs elles m’avaient plutôt bien plu. Entre temps, des tas d’autres huiles ne m’ont malheureusement pas convaincue du tout comme celle d’avocat, de graine de sésame, de macadamia, de noisette ou encore la fameuse huile de coco, absolument pas conseillée pour les peaux à tendance acnéique. Alors du coup, je m’étais résolue à simplement importer du beurre de karité brut et puis c’est tout.

Et cette année en m’installant en Nouvelle Zélande, j’ai découvert que les fournisseurs en ligne d’ingrédients cosmétiques proposaient tous de l’huile de Marula. Ce qui m’a grandement intriguée étant donnée qu’elle reste encore assez méconnue en France et en Europe. Pourtant dans les pays anglo-saxons, elle a déjà bien fait ses preuves récemment. Ce qui ne m’étonne pas car l’huile de Marula se cultive en fait en Afrique du Sud. Donc dans le CommonWealth. Alors bien entendu, je me suis dit que c’était une merveilleuse occasion de la tester. Surtout que des tas d’avis positifs l’accompagnent et selon sa description, cela ressemblait vraiment à un mix parfait entre l’huile d’argan et celle de dattier du désert.

Ce que les fabricants prônent sur cette huile « miraculeuse » imag0888

– Riche en vitamine E, C et certains acides gras essentiels, elle est donc anti-âge et anti-radicalaire.

– Elle répare les peaux abîmées ou fragilisées par le soleil et le dessèchement.

– Elle offre une meilleure hydratation en faisant barrière et retenant parfaitement celle-ci.

– Elle nourrit et apaise les peaux sensibles et réactives ainsi que sèches.

– Elle correspond à tous et à tout âge (donc même aux peaux acnéiques ou aux bébés). Attention tout de même aux risques d’allergie aux noix, à tester pour les bébés avec précaution.

– Elle agit efficacement sur les ridules et laisse la peau douce.

– C’est une huile sèche, elle pénètre vite et en profondeur.

Bon alors déjà j’ai envie de dire que le coup du « miracle » est bien entendu méchamment marketing et ridicule. Elle sera peut-être efficace et active mais ne fera jamais de miracle non plus, faut pas déconner^^.

_______

Mon avis et mon expérience : 

Déjà environ quatre mois que je la teste cette drôle d’huile et c’est vrai qu’elle m’a finalement pas mal impressionnée.

– J’ai en effet moins de ridules de déshydratation autour des yeux, je la trouve même encore plus adaptée que le beurre de karité brut à ce niveau ! Pas de risque de grains de milium.

– Je ne trouve pas qu’elle apaise franchement les peaux réactives cependant elle laisse la peau bien douce en effet.

– Comme j’ai quasiment plus de ridules (dues à ma maladie, la fatigue et au récent voyage), j’imagine en effet qu’elle maintient mieux l’hydratation.

– Elle ne m’a donné aucun bouton ou de points noirs, là oui pourquoi pas utiliser le mot « miracle » à ce sujet.

– Elle pénètre ultra vite en fait, c’est même limite un peu génant car on a pas le temps de réellement masser. Ou simplement tenter de vraiment chauffer entre ses doigts. Juste pas possible. D’ailleurs cela me laisse dubitative de voir écrit « parfaitement adaptée aux massages » sur certaines descriptions. Par contre cela doit être sacrément pratique pour celles qui se maquillent.

– Pour le côté anti âge et autres, faudrait voir sur le long terme. Elle sera sûrement efficace à ce sujet en couplant ses effets avec une lotion hydratante à poser auparavant et pas mal d’eau consommée dans la journée.

– Elle a peu d’odeur, juste une légère note de noix/amande agréable et elle est claire en plus d’être aussi très fluide. Par contre je ne la considère pas réconfortante du coup contrairement au beurre de karité qui correspond mieux aux peaux vraiment sensibles. Je ne retrouve en fait pas cette même sensation de confort une fois l’ huile appliquée. Par ailleurs, elle correspond moins bien aux peaux avec tendance à la dermite ou eczéma que le karité. Elle n’amène aucune réaction pour les peaux réactives et est très bien tolérées cependant.

Ce que j’ai constaté en plus : 

Elle a apparemment une forte tenue dans le temps car elle s’oxyde peu. J’ai envie de dire parfait car cela m’arrange beaucoup étant donné que je voyage pas mal et que les conditions de conservation ne sont pas optimum. Rien que pour cela j’adore le beurre de karité. Ce qui change des bouteilles d’huile qui deviennent rances toujours avant de pouvoir les finir, ce qui a le don de m’énerver. Et puis cela permet d’économiser pas mal en achetant une plus grande quantité. Par contre comme elle est très fluide, la bouteille fuit vite. C’est moins sympa tout de suite.

Mais pourquoi les fabricants ne parlent pas plus de ses effets sur les cheveux ?? Parce que honnêtement, c’est là où elle m’a vraiment surprise. Mes cheveux supportent enfin réellement une huile végétale. ENFIN. Bon, je ne fait pas de bains d’huile non plus mais les effets avec une goutte ou deux à la fin de la douche ou le matin vite fait frotté entre les doigts et sur cheveux secs donnent de super résultats le lendemain. Oui pas le jour même, le lendemain. Me demandez pas pourquoi, c’est mes cheveux. Ils deviennent doux, ondulés et même légèrement plus disciplinés au deuxième matin. Le luxe pour moi. Je ne le fait pas tous les jours cependant, qu’une fois par semaine afin de conserver les bienfaits.

Comme il s’absorbe très vite, c’est très utile pour les mains. En fait, le marula remplace l’huile de coco pour mon contour de l’oeil et mes mains au final. L’huile de coco ne me sert vraiment qu’à la cuisine, parfois les aisselles et pour éloigner les sandflies. Et si j’en ai plus, j’en rachète pas tant que je ne suis pas en manque d’une recette de cuisine asiatique ou indienne. Cela peut durer des mois. Et puis c’est cher l’huile de coco en Nouvelle Zélande donc je ne suis pas pressée. Par contre parfois cela m’irrite quand même les yeux donc je fais très attention durant l’application.

_____

Alors, pourquoi je n’ose pas en parler ?

A cause du prix pratiqué récemment en Europe. L’huile de Marula, à ma grande surprise, est bien plus chère en France et en Europe qu’en Nouvelle Zélande. Je pense que c’est parce qu’elle est déjà bien populaire dans le CommonWealth et que cela donne ainsi des prix plus élevés comme pour l’huile de jojoba (qui normalement ne vaut rien à produire). Et que comme c’est un succès chez les anglo-saxons, les revendeurs se permettent d’augmenter les prix depuis peu de temps mais aussi pour sa découverte récente en Europe. Enfin, je pense également que le fait que cette huile soit fabriquée en Afrique du Sud coincide avec des prix un peu plus modestes dans le CommonWealth. Le seul prix décent que j’ai pu trouver en France est sur Aromazone pour 10 euros environs les 100 ml, ce qui correspond à peu près aux prix Néo-Zélandais. J’ai obtenu pour 35 dollars, donc 24 euros, 250 ml de cette huile. Ailleurs sur le net français, c’est plutôt 20 euros les 50 ml. Quand même. Et enfin elle semble durer un an. Donc l’achat est très vite amortis car comme elle est multi-fonction, toute la famille en profite. J’ai acheté pour l’occasion un petit flacon pipette, afin de transvaser petit à petit mon huile de marula pour les utilisations. Quatre gouttes pour le visage que je réchauffe vite entre mes doigts (c’est une huile sèche et fluide donc deux gouttes ne suffisent pas comme pour l’argan) et une goutte bien étalée pour les cheveux en général.

Donc selon mes observations, l’huile d’argan est plus chère dans le CommonWealth en général et à l’inverse c’est l’huile de marula pour l’Europe.

Pour conclure : Je pense racheter tout de même du karité brut lors de mon retour en France dans quelques mois (après trois ans, une pause d’un mois pour la famille est devenue nécessaire, pas passer pour une ingrate^^) et continuer d’utiliser en alternance le marula pour diversifier les effets. Je suis tout de même heureuse d’avoir pu trouver un équivalent à l’argan et au dattier du désert en Nouvelle Zélande, voir même un peu meilleur car il fonctionne sur mes cheveux. Donc à présent les seules huiles végétales que j’utilise sont celles d’olive vierge et de marula. Et une sert surtout pour la cuisine.

Publicités

8 réflexions sur “Pourquoi je n’ose pas trop parler de l’huile de Marula.

    • Je suis déjà pas certaine de pouvoir repasser la biosécurité néo-zélandaise avec mon beurre de karité^^
      Me suis faites interrogée sur celui que j’avais amené avec moi d’Australie… La dame ne savait pas ce que c’était alors c’était chaud de lui faire comprendre que non, ça ne se mangeait pas. Du coup je pense que mon choix sera assez limité avec Aromazone entre les poudres suspectes et les huiles alimentaires :D.

      J'aime

  1. Merci pour votre article que j’ai lu d’un bout à l’autre et trouvé très intéressant.
    J’aimerais savoir où est-ce que vous vous procurez votre karité brut, et achetez-vous l’huile de Marula chez arômazon ? Je me méfie pas mal de la qualité de leurs huiles v., essentielles et hydrolats…

    J'aime

    • Bonjour !
      Alors en fait je vis à l’autre bout du monde donc j’achète mon huile de Marula en Nouvelle Zélande. Je ne sais donc malheureusement pas si celle d’Aromazone est qualitative ou non. Je pense que oui au vu de la description. Au pire il existe les échantillons de 10ml pour tester. Par contre j’ai pu tester leur karité brut lorsque j’étais encore en France et ma foi elle était active et pas chère. Sinon il existe celle de Life Flo « pure organic shea butter » qui est très bonne et pas chère non plus, je l’utilise actuellement. Enfin celle de Pure Body Naturals AAA+ Unrefined Organic Shea Butter est de bonne réputation aussi. Ces marques se trouvent sur le net anglo saxons mais sont livrables en Europe.
      En France il est possible de trouver son karité brut dans les magasins bio, les parapharmacies ou encore le net. Même dans les magasins de produits africains. Il provient majoritairement du Burkina faso. Finalement toutes les marques se valent, il faut surtout qu’il y ai la mention pure et non raffinée ou désodorisée.
      Aromazone, je me méfie surtout de leur gel d’aloe vera qui moisissait vite ainsi que de leurs hydrolats pour les mêmes raisons. Pour les huiles essentielles je n’avais pris que celles qui sentaient forts pour éloigner les moustiques^^.

      J'aime

      • Je crois que AZ a fait beaucoup de progrès du coté de la conservation des hydrolats et du gel d’aloe vera, plus de pb maintenant! Le gel je le conserve meme en dehors du frigo et très longtemps!
        Essaie de choper un shampoing solide sweetie de la marque Pachamaï si tu as l’occaz, il est franchement top! les cheveux sont doux et brillants, démêlés… Le galet fond très lentement et il mousse super bien!
        Voila voilà ;-)!
        Bises

        J'aime

      • Merci Waxupintheair !
        C’est une bonne nouvelle pour la conservation parce que c’était vraiment pas pratique pour les consommateurs^^.
        Je verrais pour le shampoing, si je tombe dessus en France mais apparemment c’est sur le net donc faudra que je m’organise avec la famille. Sinon je vois en quoi consiste la recette, je tenterai en NZ au pire. 😉
        Bises !

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s